Asset management, pourquoi se servir de la donnée ?

Très souvent le terme Asset management est associé à la gestion de patrimoine financier avec pour objectif de faire prospérer le patrimoine à travers l’investissement. Mais outre cela, il prend également en compte le patrimoine physique.

Asset management, de quoi s’agit ’il ?

L’IFRAMI (Institut Français d’Asset Management Industriel et Infrastructures), définit l’Asset management. Comme étant un processus qui implique l’équilibre des coûts; la prise en compte des risques et des opportunités; ainsi que les avantages liés à une meilleure performance des actifs. On peut donc dire que l’Asset mangement concilie l’aspect financier et l’aspect opérationnel. Du début à la fin de sa vie, il garantit la performance de l’actif; pilote sa rentabilité et assure son maintien en condition opérationnelle dans le respect des contraintes et normes de sécurité. Et s’il arrive à faire tout cela c’est bien grâce à la transition numérique. Cette transition s’est imposée comme une évidence car il s’avère indispensable augmenter les métiers d’exploitation et de maintenance pour les industriels. Comme la maintenance prédictive, le repérage, la téléassistance et le scan 3D.

Par exemple, la maintenance prédictive permet d’anticiper les actes de maintenance à moyen et long terme; et d’optimiser le temps d’utilisation du matériel en planifiant son remplacement avant qu’il devienne défectueux. Le repérage permet de diminuer fortement la consommation électrique des capteurs connectés à ce réseau et d’augmenter de plusieurs années la durée de vie de l’objet connecté. Le scan 3D également semble absurde mais il permet d’actualiser les plans d’une zone d’intervention en fournissant côtes ou mesures d’angles et d’identifier rapidement des déformations sur une paroi. Toutes ces technologies concours à l’amélioration du monde industriel. Voilà ce qui est fondamentale dans ce monde, c’est d’accroître son patrimoine. Pour cela l’entreprise doit avoir accès à des données fiables et exhaustives. Ces données sont de deux types :

  • Référentielles
  • Opérationnelles

Le double digital

Les données de références sont les règles d’exploitation, fonction, configuration, positionnement géographique, composants. Les données opérationnelles ou transformées sont : l’état en temps réel, le taux de disponibilité, l’historique de maintenance, le niveau de performance et les données environnementales. C’est le croisement de ces deux catégories de données qu’on appelle « le double digital ».

Mettre en place des doubles digitaux et l’ouverture des informations aux acteurs permet de rendre fluide les échanges d’information entre les divers acteurs ce qui améliore la réactivité et une meilleure objectivité dans la prise de décision. Elle permet également de connecter les Assets et les intervenants afin de faire naître de nouveaux cas d’usage et de créer plus de métiers comme mentionné plus haut. Cette mise en place améliore également la prédictibilité du comportement des Assets.

De plus il est important de notifier que ces opportunités doivent impérativement être insérées dans une vie plus globale de l’entreprise où l’homme est considéré comme un pivot de la stratégie. Il faut donc associer le facteur humain à la solution digitale afin de jouir effectivement de tous les avantages sur-cités. Ce sont les dirigeants qui doivent donner le ton à ces évolutions de sorte à faire intégrer les autres parties sans qui rien n’est possible. La transition digitale est donc incontournable.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *